Песня «Bonjour Brésil»
исполнителя Jacqueline Taieb.
Скачать или слушать онлайн

00:00/00:00

Текст песни:

Текст песни не найден. Добавить?
Мы платим за добавление текста. Вам нужно авторизоваться, чтобы мы смогли вам заплатить
Отмена

Другие песни исполнителя:

  • - Maman, jusqu'où tu m'aimes? - Je t'aime jusqu'au bout d'un voyage. Je t'aime jusqu'au sommeil Jusqu'à la fin des pages - Maman, comment tu m'aimes? - Passionnément, à la folie Je t'aime comme le soleil Je t'aime à l'infini On est si bien tous les deux Comme ça, dans la nuit! Tu es l'amour de ma vie - Maman, jusqu'où tu m'aimes? - Je t'aime jusqu'au bout de la ronde Jusqu'à la lune de miel Jusqu'à le fin du monde - Maman, pourquoi tu m'aimes? - Je t'aime parce tu es le plus doux Tu viens du fond de moi-même Je t'aime beaucoup, beaucoup Beaucoup
  • Bienvenue au pays où tu peux aimer celle qui te plaît Bienvenue au pays où l’on ne condamne pas c’que tu fais Et où la musique te donne envie de pleurer Les voix fantastiques de crier, de crier, de crier Bienvenue au pays où la rose n’en finit pas d’pousser Bienvenue au pays où la pluie ne tombera jamais D’une main tremblante, tu as tendu ton ticket Dis-moi qui chante C’est pas moi qui l’ai acheté C’est pas moi qui l’ai acheté C’est pas moi qui l’ai acheté Bienvenue au pays où l’on ne dit que la vérité Bienvenue au pays de la porte de l’éternité La balle de son fusil, ouais, t’a servi de billet Et par le train de nuit Tu es arrivé Tu es arrivé Tu es arrivé Bienvenue au pays où l’on ne peut pas toujours aller Bienvenue au pays où il est facile de pénétrer Mais dont les frontières, je t’assure, sont bien gardées Si vers la terre Tu veux t’en aller Tu veux t’en aller Tu veux t’en aller Bienvenue au pays que maintenant tu ne quitteras jamais Bienvenue au pays Bienvenue au pays Bienvenue au pays Bienvenue au pays Bienvenue au pays
  • Bientôt tu oublieras Ton bel amour Et alors tu verras Le chemin ne dure pas toujours Et il viendra le temps Pour consoler Tu riras en pensant Que tu l’aimais Mais aujourd’hui tu pleures Tout ce bonheur qui s’est enfuit Tu l’aimes, et tu te dis Que depuis qu’elle est partie Le ciel est devenue gris Tu ne crois plus en la vie
  • Il est sept heures du matin Faut s’réveiller Ah ! j’ai sommeil ! Bon alors, un peu de musique Pour se mettre en train J’sais pas, moi Quelque chose comme «Talking about my ge-ge-ge-generation» Ouais ! C’est pas tout à fait ça ! J’trouve plus ma brosse à dents ! Où est-elle passée, celle-là encore? La bleue est à mon père La rouge est à ma mère La jaune est à mon frère Z’avez pas vu ma brosse à dents? Tiens! On est lundi aujourd’hui Ah ! Pour demain, j’ai un devoir d’anglais Hum ! J’aim’rais bien avoir Paul McCartney Pour m’aider ! J’ai envie de mettre un disque Pour embêter les voisins Qui roupillent toute la journée Quelque chose comme un bon Elvis Presley Ah ! C’est vrai, celui-là, il en est resté à «Be bop boum rock bam boum» Un peu d’eau sur la figure Pour me réveiller Le dodo c’est terminé ! Je suis presque prête et ça va beaucoup mieux Je mets mon shetland rouge ou bien mon shetland bleu? Mon shetland rouge? Mon shetland bleu? Hum ! Mon shetland rouge
  • Assise sur les bancs du grand amphithéâtre Tout près de la sortie c’est une place en or Je regarde les gens qui meublent ce théâtre Et qui baillent et rebaillent et qui rebaillent encore Le professeur fait son cours sur l’histoire d’Angleterre En 1066 invasion des Normands, en 1338 il y a eu la guerre Celle qu’on a appelé la guerre de cent ans Qu’est-ce qu’on se marre à la fac de lettres J’en ai encore pour quelques années peut-être Qu’est-ce qu’on se marre à la fac de lettres Mais enfin vers midi le cours est terminé Deux heures de cours ça creuse et ça semble bien long Cent balles dans la machine et vous pouvez manger Des sandwichs au jambon où y a pas de jambon Les étudiants déjeunent ou bien se désaltèrent Moi je pense à lundi où je serai au studio Sans oublier que les mines de charbon d’Angleterre Se trouvent à Liverpool, à Cardiff et Glasgow Qu’est-ce qu’on se marre à la fac de lettres J’en ai encore pour quelques années peut-être Qu’est-ce qu’on se marre à la fac de lettres Assis tout près de moi, il y a des gens de psycho Des petits gars boutonneux qui parlent de leur âme Et avec de grands gestes, chacun fait son solo Sur la pensée de Kant, de Bergson ou de Sartre Quand ça devient mignon, c’est une licence de lettres Petit costar cintré, grande fente dans le dos Qui vous dit volontiers, avec fierté peut-être Je ne lis que Gide, Verlaine ou Rimbaud Qu’est-ce qu’on se marre à la fac de lettres J’en ai encore pour quelques années peut-être Qu’est-ce qu’on se marre à la fac de lettres